Je m’occupe de mon fils handicapé


Vous savez à quel point il peut être difficile de concilier votre vie professionnelle et votre rôle d’aidant familial. Vous vous demandez aussi peut-être si vous avez le droit de bénéficier d’aides financières ou de dispositifs d’accompagnement. Le choix de s’occuper de votre fils à temps plein ou à temps partiel peut avoir un impact sur votre carrière. Néanmoins de plus en plus de parents font ce choix et ne le regrettent pas : je m’occupe de mon fils handicapé et j’en suis fier. Voyons ensemble les dispositifs sur lesquels vous pouvez compter.

Je peux bénéficier de l’AJPP lorsque je m’occupe de mon fils handicapé

Si vous avez un enfant handicapé, vous pouvez bénéficier de l’allocation journalière de présence parentale (AJPP) sous certaines conditions. Cela peut alors vous aider à arrêter ponctuellement de travailler.

Pour bénéficier de l’AJPP, vous devez réduire ou cesser votre activité pour aider votre enfant à charge de moins de 20 ans. Un certificat médical doit attester que l’enfant nécessite une présence soutenue et des soins contraignants. Mais aussi offrir de la visibilité avec une durée prévisible du traitement. D’un point de vue plus pratique, il vous faut demander un congé de présence parentale à votre employeur. Ou attester de jours d’arrêt d’activité si vous êtes votre propre patron ou si vous êtes indemnisé par Pôle emploi.

En sus, vous devez déclarer votre situation et demander l’allocation journalière de présence parentale auprès de votre CAF ou de votre MSA suivant votre régime.

Suite à cela, vous pouvez disposer de 310 allocations journalières sur une période maximale de trois ans au titre de chaque enfant. Une limite à 22 AJPP par mois existe néanmoins. Le montant indemnisé est revu chaque année. Il est de 58,59 € par jour et 29,30 € pour une demi-journée depuis Septembre 2023. En complément, certains frais mensuels peuvent aussi vous être remboursés.

Je m’occupe de mon fils handicapé mais j’ai atteint la limite de 310 jours que faire ? Pas d’inquiétude, un renouvellement exceptionnel de 310 allocations journalières peut être offert. Droits soumis à l’acceptation du service du contrôle médical.

Les autres dispositifs pour les enfants handicapées

La maison départementale des personnes handicapées est la structure d’accueil pour les usagers et leur famille à l’échelle du Département. Vous pouvez vous y déplacer pour obtenir un accompagnement et de l’aide dans vos démarches. Dans la plupart des cas, il vous faudra remplir un dossier MDPH. Ce dernier vous permettra de passer en commission CDAPH.

Vous pourriez alors être éligible par exemple au complément de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé. Il s’agit d’une prestation versée par la CAF ou la MSA aux parents qui assument la charge de leur fils ou de leur fille handicapé. Le montant du complément varie selon le taux d’incapacité de l’enfant, ses besoins et vos ressources. Mais attention aux règles de cumul entre AJPP et AEEH.

Mais si votre fils a besoin d’une aide humaine importante, vous pouvez solliciter la prestation de compensation du handicap (PCH). Il s’agit d’une aide financière versée par le département aux personnes handicapées pour couvrir les frais liés à leur perte d’autonomie. La PCH comprend plusieurs éléments dont l’aide humaine.

Enfin, et cela a été une grande avancée. Le rôle d’aidant familial est reconnu par la MDPH.Si je m’occupe de mon fils handicapé, je peux donc être dédommagé financièrement. Mais aussi bénéficier d’aides et de formations. Et enfin obtenir des droits à la retraite en faisant reconnaître les périodes d’exercice.